Friday, 28 September 2012

Gendarmes Uncover Indian Hemp Plantation In West Region of Cameroon


Security forces have uncovered a three-hectare plantation of Indian hemp in a small village

Two key suspects were arrested in Kouoptamo on September 23rd while 2,000 kg of hemp were burnt. Security forces led by the Kouoptamo Brigade commander, Chief Warrant Officer Mvogo Roger have uncovered a three-hectare plantation of Indian hemp in a small village called Mbagam 1 on September 23rd. The village is situated some 15 km from Kouoptamo town in Noun Division of the West Region.
Meanwhile some two suspects, 40-year old Yonta Jonas, main cultivator of the drug and one Doualla Levis, 66 years, have been arrested and detained at the Kouoptamo Gendarmerie post.
At the time of their arrest, they were found in possession of 40 bags of Indian hemp weighing some 2000kg. The 23rd September discovery is occurring just one week after Governor Midjiyawa Bakari personally supervised the burning of some 4 tonnes of Indian hemp seized in that same locality of Kouoptamo.
The SDO for Noun Division Mr.Mbozo’o Nnoumengong Pascal, in the company of the Divisional Officer of Kouoptamo, Mr. Silla Thomas Charly spent one day visiting these plantation.
According to the SDO, more law enforcement attention was directed toward the villages of Mbagam 1 and Gpanya where Indian hemp smuggling groups appeared to have made their inroads into the business. This was within the framework of the operation to fight criminality and drug smuggling in the Noun Division launched recently by Governor Midjiyawa Bakari.
The SDO said it was through the collaboration of the population of these villages that the plantations were discovered. He explained that when the forces of law and order arrived in one of the farms, some eight persons were found harvesting the plants, but the Gendarmes were able to arrest two main suspects while the others including two ladies escaped.
He, however, regretted that among those arrested were two heads of the Bamoun and Batcham communities living in that village. For him, the complex equation is, these community heads offer these drug producers their protection rather than giving the Administration and law enforcement officers their mutual legal assistance.
Meanwhile, the 2000kg seized was burnt at the Kouoptamo market square in the presence of the SDO. The culprits will be charged in court in the days ahead.

Rising Insecurity In Douala’s Markets

Beside armed robbery, banditry and burglary, pick-pocketing is also preoccupying.
Nothing describes the economic capital as powerful as does crime. The dangerous cohabitation of vices and business ventures in Douala, like in other big cities on the continent, have unfortunately taught the most affected city dweller a certain mistrust of authority.
Douala’s flourishing mileage of insecurities alongside public security posts (gendarmerie, police and fire fighters) implanted besides and in the markets is used to argue in favour of the issue of complicity.
For the trader, if Douala is today a city most inclined to insurrection as it is widely known in the country it is due to the heritage of a long cohabitation of crime aided by the complicity or indifference of security forces.
A woman of one of the state-owned media corporations nodded her head in confirmation of this sad reality when, last week, her handbag bearing hundreds of thousands of FCFA, identification papers and other valuable documents were stripped off her shoulder in Mboppi Market by an unarmed robber.
Instead of collaborating to stem the daylight crime as it was yet on-going, the several buyers and sellers around rather stayed off and preferred to partake in the ensuing show of sympathy after she had shouted for help to no avail.
A security officer who stood nearby also played the folly. Indiscreetly, he betrayed his complicity, raising questions as to their suitability in and besides the market when he told the victim to “Write a complaint against Mr. ….”, stating the actual name of the bandit.
Instances like this only show how the good intentions of the State to protect its citizens, property and promote economic growth are thwarted by individuals deployed for the purpose.
Armed robbers, bandits, and burglars take advantage of and are now operating on this context.
Imagine a young man moving up to a victim so closely; brandishing a sharp sword to the face of a trader he suspects has money and ordering for silence and the release into his hand of FCFA 1 million or else…! This deadly drama was played in the open air beside a crowd of people lined up to board taxis over the week-end beside Marché Central.
None of the taxi waiters knew it until the victim burst into shouting after the assailant had left.
Pick-pocketing has attained the proportion of a curse across business venues in Douala. Bandits snatching women purses or handbags during shopping in marketplaces have only caused children and women to cry foul as families are strained to go on empty stomachs.
A shopkeeper said the situation betrays need for more security efforts and reinforcement.

Amber and Wiz Cover XXL



Amber Rose and Wiz Khalifa cover the next issue of XXL Magazine...

Wiz tells XXL
“I love my baby. She’s gorgeous and it makes me look even cooler when I show how much I love her to other people… When I met Amber, she loved me for who I was. I had some money, but it was like to pay my bills and literally set myself up for a future. But I was wearing the same camo shorts and high-tops and Chucks. But she liked my swag and she liked me for who I was and I wasn’t afraid of that… She didn’t wanna date any entertainers or anybody in the business. She didn’t know who she wanted to be with, but she knew who she didn’t wanna be with.”
The October/November issue of XXL hits stands nationwide October 9.

Jay Z Shuts Down Pregnancy Rumors



Last week rumors circulated the Beyonce was pregnant again. Jay Z sets the record straight...

From E!
"Are you having another baby?" we asked Hov Wednesday night at the NBA 2K13 release at the 40/40 Club in NYC.
"Tonight?" Jay-Z quipped. "No."
"What about in nine months?" we prodded.
"Not in nine months," Jay said. "Absolutely not."
But before then? What about in seven or eight months?
"No," Jay said. "Not in one, two, three, four, five, six, seven, eight or nine months."

Yaoundé: Panique autour d’un WC à Ekounou

Il s’appelle Engoulou Mbida Lionel âgé de 15 ans élève au très suspect collège qui appartient à l’un de ces fonctionnaires qui s’engraissent sur le dos de l’état (nous y reviendrons). Ce jeune homme est un vrai miraculé qui a courageusement combattu contre la mort qui lui tendait les bras en cette matinée du 21 Septembre. Une fois avec son sceau d’eau dans le WC qui visiblement ne présentait aucun danger, la dalle s’est effondrée sous ses pieds. Ce sont des cris de panique et de désespoir qui ont réveillés la majorité des habitants de cette vallée qui sépare le quartier Kondengui au marché Ekounou où les cas de vol et des agressions nocturnes sont des menus quotidiens des populations. Même des éternels indifférents alertés par ces cris n’ont pas hésité à se diriger au domicile des parents du jeune Engoulou Mbida qui était coincé au fond du WC avec comme seul espoir de survie, sa tête qui émergeait de la merde…
SECOURS
Comme un seul homme, la population dans sa diversité s’est mobilisée pour sortir le jeune Engoulou Mbida de son piège pendant que d’autres se démenaient à appeler les sapeurs pompiers qui, comme à l’accoutumée vont arriver près de 45 minutes après la dégringolade du jeune homme au fond du trou. Pour sauver ce dernier, il fallait le libérer des ruines du WC qui bloquaient son corps des pieds aux épaules. Une tâche délicate à laquelle les populations se sont attelées avec des moyens du bord jusqu’à l’arrivée des sapeurs pompiers. Ces militaires du feu se sont encore distingués par leur manque d’éducation une fois au lieu du sinistre car, au lieu de se mettre résolument à l’œuvre en se joignant aux premiers secouristes du quartier, ils se sont acharnés à coups de ceinturons sur la foule sans explication. Ces névrosés manifestement mal formés et à court du matériel adéquat de sauvetage, mettront plus d’une heure avec un concours déterminant des hommes trouvés sur place pour extirper le jeune Engoulou Mbida du fond du cabinet.
INSTINCT DE SURVIE
Solidement bâti pour un jeune homme de son âge, Engoulou Mbida a été le premier artisan de son sauvetage. Très courageux et déterminé à ne pas céder ses bras à la mort, il a malgré sa position inconfortable de prisonnier des décombres, évité d’être complètement englouti dans les eaux infestes et nauséabondes du cabinet. C’est sous des applaudissements de la foule qu’une fois hors du trou, il a été conduit à l’hôpital pour être placé en observation. Plus de peur que de mal, le miraculé a rejoint le domicile de ses parents ce Même 21 Septembre en fin de soirée.
MERCENARIAT
La crise des logements sociaux emmène certaines familles à devenir des otages d’une racaille qui, sans toutefois prendre des bonnes dispositions pour assurer leur sécurité, met des maisons inachevée en location. Des WC construits à la hâte par des bricoleurs finissent dans ces conditions par engloutir enfants et adultes, tandis que le bailleur qu’on ne voit que quand il vient réclamer le loyer coule une vie tranquille en ignorant les doléances de ses locataires. Tel est le cas de cette famille qui, selon des informations glanées au lieu du sinistre, aurait plusieurs fois attiré en vain l’attention du propriétaire de la maison sur l’état inquiétant de ce WC.
Le jeune Engoulou Mbida a flirté dangereusement avec la mort par la seule responsabilité d’un bailleur cupide à la perversité diabolique. Reste maintenant qu’il prenne ses responsabilités dans la réparation du dommage psychologique causé à cet enfant dont l’année scolaire risque d’être hantée par des cauchemars de présence à la morgue.

DES JOURNALISTES SOUS LE COUP DE L’ARTICLE 184 DU CODE PÉNAL

Les dénonciations faites ces derniers jours relatives à la manipulation de l’opinion par la presse nous ont amené à interroger les mécanismes juridiques en l’espèce et susceptibles de confondre ces zélateurs et autres adeptes d’une distorsion de la réalité des «affaires» en cours dans notre pays. En effet, au cours d’une parution, votre hebdomadaire alléguait de l’intoxication et la manipulation savamment orchestrées par une certaine presse au sujet de l’opération «Epervier». L’hebdo L’Indépendant a embrayé dans le même sens en évoquant cette presse à la solde des prisonniers de luxe de notre pays. Il est clair aujourd’hui qu’il existe une proximité évidente entre certains directeurs de publication et les grands voleurs de la République épinglés, ou en passe de l’être, dans le cadre de l’opération épervier. La preuve, les lettres de Marafa n’ont pas été publiées par tous les journaux Et pourtant certaines publications ont publié en l’exclusivité l’essentiel de ces épures. C’est le cas des quotidiens Le jour, Mutations, le Messager et de l’hebdomadaire ail du Sahel entre autres. Comment ont-ils obtenus pour la publication et la promotion de ces différentes lettres? Qui en assure le financement? Avec quel argent ont-ils été payés?

Voila des questions que se posera sans doute le procureur, car s’il est établi au terme du procès en cours que Marafa et bien d’autres avant et certainement après lui, sont reconnus coupables des faits de détournement de deniers publics, tous ceux qui auront bénéficié de ces financements pourraient être considérés comme des receleurs. Et le code pénal camerounais en son article 184 condamne fermement le recel. Il stipule «quiconque par quelque moyen que ce soit obtient ou retient frauduleusement quelque bien que ce soit, mobilier ou immobilier, appartenant, destiné ou confié à l’Etat unifie, a une coopérative, collectivité ou établissement, ou publics ou soumis à la tutelle administrative de l’Etat, ou dont l’Etat détient ou indirectement la majorité du capital est puni!» En clair donc, tous les journalistes qui reçoivent des deniers publics détournes a des fins personnels sont considérés comme des receleurs. Le receleur étant défini par la loi comme étant celui gui obtient ou détient les choses obtenues a l’aide d’une infraction. Haman Mana, Directeur de Publication du quotidien Le Jour, propriétaire des Editions Schabel, est l’éditeur du récent ouvrage de Titus Edzoa (Méditations de prison). Avec quel argent a-t-il été payé? Pourrait on s’interroger au regard de la qualité de l’auteur.
A la lecture de l’article 134 du code pénal, il y a lieu de se dire que la lutte contre le détournement des deniers publics engagée par le Chef de l’Etat, Paul Biya, a vraisemblablement enrichi plusieurs catégories de personnes: journalistes, avocats, hommes politiques véreux. Les journalistes qui reçoivent des financements obtenus par infraction feront bientôt l’objet de poursuites judiciaires, selon une source proche des milieux policiers. La même source indique que les fins limiers de la police judiciaire sont déjà entrain de passer au beigne fin les transactions financières de certains patrons de presse. L’étau se resserre sur les détourneurs de fonds et leurs amis. Par devoir de confraternité, nous nous devons de rappeler aux uns et aux autres que les peines encourues par tout coupable d’une infraction tout aussi imputables à celui qui bénéficie d’une chose obtenue par infraction. On se souvient encore de la condamnation de Patrick Poivre d’Arvor dans les années 1990. Le célèbre présentateur de TFI avait reçu à l’époque des cadeaux d’un homme d’affaire proche du maire Rpr d’alors Michel Noir. La loi a été sans pitié pour Ppda. A bon entendeur, salut

Escroquerie: Jean Claude Bekolo Mbang traîne Françoise Etoa en Justice

La présidente de l’Ong « Cercle des enfants de défense de la langue française » qui s’est présentée comme directeur des relations publiques, chargée du lobbysme pour le compte de la société d’intérêts français « Sogea Stcom » comparaît ce matin au tribunal d’instance d’Ekounou, pour escroquerie, abus de confiance, affairisme et faymania au sujet d’une vente de deux containers des consommables médicaux qui n’ont jamais été livrés à l’acquéreur.
L’audience du tribunal d’instance d’Ekounou, s’ouvre ce matin sur une histoire à la fois confuse, burlesque et plutôt ubuesque. Elle est empreinte de plusieurs curiosités, au regard des protagonistes et parties en conflit, attendus devant la barre: Jean Claude Bekolo Mbang, Pdg de la Société camerounaise d’exportation et de distribution de l’ensemble des produits pétroliers (Socaepe), contre une certaine Françoise Etoa, présidente du Cercle du cercle des enfants de l’Ong « Défense de la langue française », prétendument aussi, « Responsable Prix littéraire Senghor ». Le Pdg de la Socaepe accuse Françoise Etoa d’avoir organisé une « frappe » digne de ce qu’on voit dans les films hollywoodiens, à la suite de laquelle, il a perdu une somme de plus de 45 millions de Fcfa. Pour ladite affaire, il est à noter que la dame incriminée, appréhendée au Hilton hôtel vendredi dernier, a passé un séjour de prés de trois jours de détention, dans les griffes du parquet d’instance d’Ekoounou. Elle n’a été libérée que lundi dernier, après une âpre négociation et des interventions diverses, en vue de comparaître « libre ».
Une fois « sortie » de cage, Françoise Etoa, a organisé une « offensive » en direction des médias, pour décrier ce qu’elle appelle un « lynchage » médiatique ; mais davantage pour « dénoncer » et riposter contre certains « abus » dont elle aurait été la « victime ». A la croire, elle a été « prise » au dépourvu, par une relation d’affaires à laquelle prenaient part : le Pdg de la Socaepe, Jean Claude Bekolo Mbang en complicité avec le ministre des travaux publics, Patrice Amba Salla. Les deux figures marquantes de la République, lui auraient (selon elle), escroqué une rondelette somme de cinquante millions de Fcfa, pour rien ; alors même que ses affaires n’ont pas prospéré. Plus grave, la dame qui se donne les allures d’une bibliothécaire, spécialiste en lobbying « humanitaire », depuis 2005, pour justifier ses déboires judicaires, déplore le fait qu’elle a refusé de donner droit à certaines manœuvres et une vaste campagne de détournement de deux containers contenant des médicaments de l’humanitaire. « J’ai fait des dons dans plusieurs hôpitaux des pays africains.
De même que j’ai équipé des écoles au Mali. Pour la 1ère fois que je veux faire de l’humanitaire dans mon pays, je suis victime d’un vaste réseau de conspiration » avoue-t-elle. Au rang des personnes accusées, elle cite les noms de Jean Claude Bekolo Mbang et du ministre des travaux publics, Patrice Amba Salla, qui lui auraient extorqué une somme de 50 millions de Fcfa. Plus grave, elle déclare avoir usé de toutes les voies de recours et de négociations pour rentrer en possession de cette faramineuse somme d’argent. Sans succès. « Non content de m’avoir escroquée, le Pdg de la Socaepe a voulu me rendre complice d’un détournement des médicaments qui devaient être distribués dans divers hôpitaux ; y compris l’hôpital de district d’Akonolinga. Par ces dons, il voulait se positionner par rapport à sa candidature à la députation » avoue Françoise Etoa. Mais en allant sur les traces de la vérité et de la confrontation de sources, on se rend bien compte que l’incriminée a usé des pratiques de « feymania » et une force de « frappe », dans une affaire où, elle a tiré grand avantage.
Entre le grand bluff et l’abus de confiance
« Cette dame est une véritable mythomane. Je crois même qu’elle est une détraquée mentale. Elle s’est présentée à mes services à la fin du mois de février comme une relation d’une de mes anciennes connaissances. Elle m’a imploré de tout faire pour me mettre en contact avec le ministre des travaux publics. Je l’ai aidée de bonne foi, sans savoir ce qui en retournait. Elle se faisait accompagner par un blanc, qu’elle a présenté au ministre comme son partenaire. Je lui ai obtenu un rendez-vous et je ne me suis jamais intéressé à la suite » avoue le Pdg de la Socaepe. A le croire, il n’avait jamais imaginé que la proximité que venait de créer la dame avec lui, était une « entrée en matière » qui allait s’achever par une « frappe » financière évaluée à près de quarante cinq millions. « Lorsqu’elle s’est à nouveau présentée dans mon bureau, c’est pour me proposer (pour le compte d’une Ong faisant dans la distribution des dons), la vente du contenu de deux containers contenant des médicaments de l’humanitaire et des consommables médicaux, d’une valeur de 200 millions contenant des matériels hospitaliers à savoir : des matelas, des lits, des produits pour hypertendus et des médicaments. Le coût de chacun était évalué à une somme de dix millions de Fcfa. Je lui ai donné une somme de 20 millions » raconte Jean Claude Bekolo Mbang.
En lieu et place de la livraison des consommables médicaux, Françoise Etoa va user du dilatoire permanent ; même qu’elle va utiliser d’autres astuces pour augmenter la mise. Tour à tour, elle reçoit en ajout, une somme de cinq mille euros pour la garde et l’entretien des deux containers en France, dix millions en deux tranches, représentant les frais de dédouanement de la marchandise, un billet d’avion Paris Yaoundé Paris, quatre millions de frais de prise en charge au Hilton hôtel ; mais surtout le payement des frais de location de la salle. «Pendant que j’étais aux îles Maurice, j’ai été surpris d’apprendre qu’elle voulait organiser une opération médiatique au Hilton hôtel, pour me « faire des dons » sur une marchandise que j’avais achetée. Elle a fait valoir certains arguments auxquels, j’y ai concédé. Mais une fois de plus, malgré les dépenses que j’ai engagées, elle m’a roulé. A ce jour, je n’a rien reçu, malgré les énormes dépenses que j’ai effectuées. Chemin faisant, elle a voulu grever une somme de plus d’un million dans mon compte pour payer la rallonge concernant son billet d’avion. Je ne savais pas qu’en refusant d’accéder à cette nouvelle escroquerie, je devais faire l’objet d’une campagne diabolique dans certains organes de presse » avoue Jean Claude Bekolo Mbang.
Pour mettre fin à la cabale médiatique, le Pdg affirme avoir fait recours à la justice ; en saisissant les parquets du centre administratif et celui d’instance d’Ekounou, aux fins de démêler l’écheveau et dire le droit. Dans l’attente du procès dont la 1ère audience débute ce jour, l’on peut se poser des questions sur : la pertinence des propos d’une dame qui débourse une somme de 50 millions pour faire des affaires, sans demander une décharge, ni même identifier le type d’affaires à réaliser. Comment expliquer qu’une dame qui débourse une telle faramineuse somme d’argent, en soit à « racoler » des subsides, et même à mendier pour un billet d’avion, des frais de transport des containers, de la logistique d’entretien… La justice cherchera également à comprendre comment une dame qui s’est vue délester d’une somme de 50 millions, n’entreprend aucune action en justice ; mais se relance plutôt dans d’autres affaires « foireuses » avec les mêmes personnes

Thursday, 27 September 2012

Lady Gaga Posts Photo In Her Bra And Panties To Prove She's Not Fat


 

There’s been a lot of attention paid to Lady Gaga‘s weight gain recently, but the pop diva has responded to the chatter with a blog post revealing a battle with an eating disorder! Here is what she said.
“My weight/loss/gain since I was child has tormented me. No amount of help has ever healed my pain about it. But you have. My boyfriend [Taylor Kinney] prefers me curvier. When I eat and am healthy and not so worried about my looks, I’m happy. Happier than I’ve ever been. I am not going to go on a psycho-spree because of scrutiny.”

See The Real Reason Why Men Love Breasts



The poser below spurred two men, Larry Young and Brian Alexander to attempt to answer it in their recently released “The Chemistry Between Us: Love, Sex and the Science of Attraction” which dissected the emotional, biological and cultural reasons behind the real reason men love breasts.
The two authors believe heterosexual men are so fascinated by women’s breasts thanks to a simple hormone released during nursing which helps to forge the powerful bond between mother and baby, which also creates an evolutionary drive for a strong nurturing bond between lovers.


Why Men Loves Breasts: The Authors of The Chemistry Between Us: Love, Sex, & The Science of Attraction Have Answered The Eternal Question
Mr Young, a leading expert in the neuroscience of social bonding, wrote a column for the Huffington Post, explaining that ‘biologically speaking,’ the human male breast obsession is ‘pretty weird’.
‘Men are the only male mammals fascinated by breasts in a sexual context,’ said Mr Young.
‘And women are the only female mammals whose breasts become enlarged at puberty, independent of pregnancy. We are also the only species in which males caress, massage and even orally stimulate the female breasts during foreplay and sex.’
In answering the question of why ‘men really love breasts,’ the authors reference a neurological explanation that links the same brain mechanisms used to promote a powerful bond between a mother and her infant.
‘When a woman gives birth, her newborn will engage in some pretty elaborate manipulations of its mother’s breasts,’ they wrote.
‘This stimulation sends signals along nerves and into the brain. There, the signals trigger the release of a neurochemical called oxytocin from the brain’s hypothalamus.
‘This oxytocin release eventually stimulates smooth muscles in a woman’s breasts to eject milk, making it available to her nursing baby.’
They continued: ‘But oxytocin release has other effects, too. When released at the baby’s instigation, the attention of the mother focuses on her baby. The infant becomes the most important thing in the world.
‘Oxytocin, acting in concert with dopamine, also helps imprint the newborn’s face, smell and sounds in the mother’s reward circuitry, making nursing and nurturing a feel-good experience, motivating her to keep doing it and forging the mother-infant bond. This bond is not only the most beautiful of all social bonds, it can also be the most enduring, lasting a lifetime.’
Essentially, ‘when a partner touches, massages or nibbles a woman’s breasts, it sparks the same series of brain events as nursing,’ they explained.
Humans are also among the very few animals that have sex face-to-face, ‘looking into each other’s eyes.’
The authors conclude that this ‘quirk’ of human sexuality has evolved to ‘exploit the ancient mother-infant bonding brain circuitry as a way to help form bonds between lovers.’
Because an oxytocin release focuses the brain’s attention to a partner’s face, smell, and voice, the authors believe that the combination of oxytocin release from breast stimulation, and the increase of dopamine from the excitement of foreplay and face-to-face sex, helps to create an ‘association of the lover’s face and eyes with the pleasurable feelings, building a bond in the women’s brain’.
Far from being creepy, the authors say, a man’s fascination with breasts is ‘an unconscious evolutionary drive prompting us to activate powerful bonding circuits that help create a loving, nurturing bond.’

Samuel Eto’o accepte de rejouer avec les Lions Indomptables

En s’inclinant deux buts à zéro le samedi huit septembre face au Cap Vert à Praia , les lions indomptables du Cameroun se sont mis les batons dans les roues dans leur perspective de participation à la prochaine coupe d’Afrique des nations. Ils sont donc contraints à réaliser l’exploit au match retour qui se tiendra le quatorze octobre prochain à Yaoundé. Des raisons d’espérer ?
UN NOUVEL ENTRAINEUR
Suite à cette débacle, Denis Lavagne , entraineur Camerounais a été suspendu des ses fonctions. Cette décision parait raisonnaible tant les choix techniques et tactiques de l’ancien entraineur étaient largement contestés. Il est remplacé par l’expérimenté et le légendaire entraineur Camerounais Jean Paul Akono. Pour rappel , c’est lui qui avait conduit l’équipe nationale au sacre olympique en 2000. Il a donc la lourde de tache de remobiliser les troupes en vue du choc du 14 octobre. Ce changement d’entraineur peut etre bénéfique à un certain niveau. En effet les cartes seront redistribuées aux joueurs et chacun aura l’occasion de gagner sa place. Naitra donc une augmentation d’intensité, d’envie , etc. C’est le Cap Vert des lions qui risque en faire les frais.

UN RETOUR PROBABLE D’ETO’O
Le Cameroun pourra aussi bénéficier du retour probable de son attaquant phare , Samuel Eto’o. En effet, Il se murmure en coulisse que celui ci n’est pas indifférent à la situation catastrophique de son pays qu’il aime tant. De plus, la présence de Jean Paul Akono , avec qui il a de très bons rapports peut favoriser ce retour. Si cela se fait, les lions indomptables se veront renforcer d’un atout de poids. De quoi préparer séreinement le match du 14 et envisager une large vicotoire à domicile.
A quelques semaines de son match face au Cap Vert, l’équipe nationale Camerounaise se retrouve dos au mur. Il faudra donc réaliser l’exploit à Yaoundé pour envisager une éventuelle participation à la prochaine coupe d’Afrique des nations. Ce qui est inevisageable à l’heure actuelle mais pas impossible. Allez les lions.

DES GRÉVISTES BLOQUENT L’ENTRÉE DU MINFI À YAOUNDÉ

Il a fallu l’intervention de la police pour que le ministre délégué aux Finances accède à son cabinet hier.
Les ex-employés des sociétés d’Etat, en mouvement d’humeur depuis le 21 août dernier devant le ministère des Finances (Minfi) à Yaoundé ne faiblissent pas. Avec des pancartes brandies à tout va contenant leurs «revendications légitimes», ils ont posé hier, mardi 25 septembre 2012, ce qu’ils appellent «un acte d’éclat». Empêcher les responsables dudit ministère l’accès à leurs bureaux. Pour les grévistes, l’attroupement visait surtout à bloquer l’entrée au ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey. Ils ont pour ce faire constituer une sorte de bouclier tout autour de l’immeuble ministériel. Empêchant ainsi quiconque d’entrer ou de sortir par la porte principal de ce département ministériel.

Les responsables du Minfi s’en plaignent, mais n’y peuvent rien, ainsi que les usagers. Les grévistes, eux, sont déterminés à faire entendre leurs revendications. Quelques minutes plus tard, le ministre délégué aux Finances en charge du budget fait son apparition. Mais seulement voilà, sur son passage, Pierre Titi trouve une armada de personnes en grogne. Il est accueilli par un chapelet de requêtes mentionnées sur des pancartes. «Nos enfants ont aussi droit à l’éducation», «Depuis 25 ans que nous revendiquons. Assez !», «Les autres sont morts ! Pardon sauver les restes», «Nous, ex-employés des sociétés d’Etat, réclamons le paiement de reliquat de nos droits sociaux et la prime de reconversion qui sont des droits légitimes», peut-on y lire. Accompagné par le bruit des tambours et des trompettes.
Indifférence
Face à cette situation, les éléments de la police sont aussitôt appelés à la rescousse. Ils font libérer le chenal. Le ministre délégué peut enfin regagner son bureau. Après des négociations, les ex-employés plient l’échine. Ils se rétractent. La scène aura duré près d’une heure. «Notre initiative de ce matin (hier, Ndlr) est la conséquence d’une indifférence de la part du patron des Finances face à notre mouvement.
Ce d’autant plus que nous sommes là depuis le 21 août 2012. Et à ce jour, nous avons attendu en vain qu’il nous reçoive sur notre demande», confie Etienne Akono Akono, conseiller au bureau national du collectif des ex-employés de sociétés d’Etat.
Avant de poursuivre : «Notre réaction vise à susciter les négociations réelles avec le ministre des Finances. Négociations qui doivent déboucher sur le paiement immédiat du reliquat de nos droits sociaux et de la prime de reconversion». Les grévistes appartiennent aux 48 sociétés d’Etat rétrocédées dans les années 1988. C’est la énième fois qu’ils observent un sit-in devant les locaux du Minfi. La somme réclamée est d’environ 40 milliards Fcfa.

Wednesday, 26 September 2012

Divorced Almost 50 Years Ago, 85-Year-Old Couple To Remarry

Picture: Divorced Almost 50 Years Ago, 85-Year-Old Couple To Remarry
Lena Henderson and Roland Davis got married as teenagers in Chattanooga, Tenn., during World War II. On Saturday, the 85-year-olds are getting re-hitched in Buffalo, nearly 50 years after they divorced, according to Cupid's news cherubs.
"I always thought it might happen," Davis, a military vet whose second wife died in January, told the Buffalo News. "It was always in the back of my mind. We're just thankful that we could get back together."
"I think we just kept thinking about each other all the time, even though we were so far apart," said Henderson, a widow after her second marriage.
After divorcing in 1964 -- nobody is saying why -- they kept in touch, even as Davis moved around the world. His new wife even used to call Henderson for advice. They last saw each other in 1996 at a family funeral.
"The way they would act to each other never indicated there was anything but a friendship between them," their youngest daughter, Renita Chadwick, told the Buffalo paper. "My mother never had a harsh or contrary word to say about my dad, and my dad never had anything but loving remarks to make about my mother."
"Every person I share this story with smiles, cries or laughs," Chadwick said.
Davis proposed over the phone at Easter. He arrived in suburban West Seneca from Colorado Springs with an engagement ring "pinned to my T-shirt" so he wouldn't lose it.
With four generations of family watching, including the four children they had while married, the forever lovers will re-tie the knot at a church, which they didn't do as teens.
A reception will follow, but, once again, no honeymoon trip.
"I'm just happy that we're here," said Davis.
"You don't think people are going to get married at this age," he added. ""We're just thankful we've lived this long and that we're still here. We have a lot to be thankful for."

La bellakamer say congrats 

Crazy Video – Girl Peeing On Herself & Takes Shower on Moving Train



Girl Peeing On Herself & Takes Shower on Moving Train

 

Serena Williams Slams Dating Rumors



Serena Williams is sick of the rumors that she's dating her tennis coach Patrick Mouratoglou  and hits out at paparazzi tailing them in Milan...


Cameroun. Samuel Eto'o Fils rencontre le premier ministre



Samuel Eto'o
Le gouvernement courtise Samuel Eto'o
Suite à l’audience que Philémon Yang a accordée au sociétaire d’Anzi, à Rigobert Song Bahanag,  Jean Paul Akono et au ministre des Sports, le joueur le mieux payé au monde devrait en principe regagner la tanière.

Devant la déconfiture qui embrase l’équipe nationale de football fanion du Cameroun, il faut agir et vite. Et tout doit être mis en œuvre pour éviter une humiliation: l’élimination des poulains de Jean Paul Akono, appelé en sapeur pompier pour redorer le blason des Lions indomptables et assurer leur qualification à la Can 2013 en Afrique du Sud. Pour ce faire, le gouvernement sort la grosse artillerie. Une audience chez le chef du gouvernement, Philémon Yang. Pas moins!  Selon nos confrères du poste national de la Crtv, c’est une rencontre susceptible de raviver l’espoir dans les cœurs des supporters des Lions Indomptables. Tout un scoop !

Le défi est à la hauteur de l’enjeu: la qualification des Lions indomptables mal en point jusqu’ici. La défaite de deux buts à zéro en faveur des outsiders Capverdiens reste encore au travers de la gorge des Camerounais. Cette rencontre parait comme un appel au sens patriotique du joueur le plus payé de la planète. De mémoire, Samuel Eto’o Fils a créé le tollé en déclinant l’invitation de l’entraîneur de l’époque, Denis Lavagne, qui avait menacé quelques jours plus tôt de lui retirer le brassard de capitaine. Le capitaine de Anzi avait alors déploré dans une correspondance, «le manque de professionnalisme et l’amateurisme des dirigeants du football camerounais» et avait de facto suspendu toute participation au sein de la sélection nationale. L’audience à l’immeuble Etoile hier en fin d’après-midi, est donc déterminante pour la suite. Touché dans sa fibre patriotique qui n’a jamais été sujet à caution, Samuel Eto’o Fils cédera-t-il à cette cour des pouvoirs publics ? Cette audience est-elle synonyme de levée des boucliers au sein de l’instance faitière du football camerounais ? On ne perd rien à attendre.

Des braconniers arrêtés en possession de chair humaine

C’est une macabre découverte qui a été faite ce week-end au Cameroun par des agents anti-braconnage dans le sud du pays : des braconniers transportaient une valise contenant un cadavre humain en décomposition. L’enquête a déjà menée à l’interpellation de cinq personnes et montre qu’il s’agit d’un réseau bien organisé.

C’est à l’occasion d’un simple contrôle que les trois premiers suspects ont été interpellés vendredi à Djoum, au sud du pays.
L’un d’eux transportait à mobylette une valise d’os et de chair, correspondant à un cadavre humain en décomposition, tandis que ses complices suivaient en voiture avec des morceaux d’éléphant.
Jointes par RFI, les autorités de la ville précisent que l’enquête a conduit à deux autres arrestations. Selon ces sources, la macabre commande aurait été passée depuis Yaoundé, la capitale, pour un montant de dix millions de francs CFA, mais le commanditaire, lui, court toujours.
Si la saisie d’espèces protégées est fréquente au Cameroun, c’est en revanche la première fois que de la chair humaine est retrouvée aux mains des braconniers.
Il pourrait s’agir d’un important réseau, qui alimente les cercles fétichistes, d’après Laga, une ONG qui lutte contre les trafiquants en tous genres.
« On croit que c’est du fétichisme. On peut seulement imaginer quel genre de cérémonie on peut faire avec un corps humain et de la viande d’éléphant. Il y a déjà cinq personnes qui ont été arrêtées. C’est clair qu’il y a un réseau plus grand. Ce sont des activités bien organisées et des gens plus puissants et riches pour faciliter ce genre d’activité », explique l’un des représentants de l’ONG.
Seloçn Laga, le commerce de chair humaine avait déjà été observé il y a quelques années au Nigeria voisin.
Par RFI

TÉLÉPHONER À LA PRISON DE NEW BELL: ASSISTANCE ET ARGENT AU BOUT DU COUP DE FIL DES DÉTENUS

Malgré son interdiction au sein de la prison, des détenus utilisent le téléphone portable pour demander un soutien familial, judiciaire ou développer leur activité commerciale, à leurs risques et périls.Assis dans un coin de la prison, Ibrahim cache avec soin son téléphone portable qu’il détient par devers lui. De temps à autre, des détenus s’approchent de lui et après quelques secondes de causerie, les deux hommes se retirent dans un endroit calme de la prison où le premier donne au second, son téléphone portable afin qu’il puisse passer un appel. Le prix de la minute d’appel est connu : 100Fcfa. La communication dure près de trois minutes et Ibrahim perçoit 300Fcfa. Cinq minutes plus tard, les deux hommes sont de retour. La scène se répète plusieurs fois dans la journée avec d’autres détenus.
Bien qu’interdit au sein de la prison centrale de Douala, nombreux sont les bagnards qui ont en leur possession des téléphones portables. Certains ont choisi de commercialiser les appels. Alors que les détenteurs des téléphones portables sont attirés par l’argent, les autres détenus sont motivés par le désir de communiquer avec leurs proches ou avocats. « J’appelle souvent mes parents pour leur demander soit un médicament si je suis malade ; ou encore de l’argent quand je n’en n’ai plus», informe Pascal qui vient de passer un appel. D’autres détenus soutiennent appeler leur avocat afin que ce dernier viennent à la prison pour qu’ils travaillent sur leur dossier et sur la stratégie à adopter le jour du procès. Pour d’autres encore, « il faut appeler l’extérieur pour qu’on m’aide à payer mes dépens afin que je sois libéré », informe Bruno.
Cellule disciplinaire comme sanction
Cependant, les détenus s’accordent à dire que le téléphone portable est beaucoup plus utilisé pour ceux des détenus qui ne bénéficient pas des sorties. Cependant, à en croire Me Madeleine Nsali Mbebi, défenseur des droits de l’homme, « la communication des détenus est permise et les détenus utilisent souvent le téléphone pour communiquer avec leurs avocats ou leur familles et connaissances », informe-t-elle. Pourtant, l’activité est risquée ; car, « l’usage du téléphone portable par les prisonniers est interdit au sein de la prison centrale de Douala », informe un gardien de prison. A en croire ce dernier, « tout détenu saisi en possession d’un téléphone portable est interpellé et conduit en cellule disciplinaire (Cd). Son téléphone est également confisqué ». La cellule disciplinaire est une cellule très obscure. Elle possède juste un tout petit trou d’aération que les détenus se disputent pour voir la lumière du jour. C’est dans cette cellule que le détenu est gardé trois ou cinq jours en guise de sanction.
Un risque qui ne décourage pas pour autant les prisonniers. Car, « lorsqu’un garde prisonnier nous saisi, si on peut négocier, on n’hésite pas à le faire. Lorsque ce n’est pas possible, nous sommes sanctionné et envoyé en Cd (cellule disciplinaire) », explique Pascal. Mais, après leur sortie de la Cd, les prisonniers ne s’arrêtent pas là. Ils recommencent de plus belle. Car, pour les détenus, « si nous devons arrêter de le faire, cela veut dire que nous signons notre arrêt de mort. Et si on le fait, comment ferons-nous pour survivre pendant notre incarcération ? », s’accordent-ils à dire.
Pour assurer sa survie
D’autres détenus sont plutôt attirés par l’argent. «Je vends la minute à 100Fcfa quel que soit l’opérateur ; que ce soit Mtn ou Orange. La minute à Mtn me revient à 60Fcfa et celle d’Orange, à 69Fcfa. Donc, je gagne 40Fcfa ou 31Fcfa par minute d’appel en fonction de l’opérateur choisi », informe Honoré, un autre détenu qui fait du « call box ». Ce dernier affirme réaliser un bénéfice journalier qui peut aller jusqu’à 2000Fcfa. Pascal qui, lui, n’a qu’un seul opérateur affirme réaliser un bénéfice journalier qui varie entre 800Fcfa et 1000Fcfa.

Pourtant, il n’y a pas que les appels téléphoniques qui soient payant. Les réceptions d’appels également ne sont pas gratuites. « Si tu n’a pas assez d’argent pour appeler tu peux biper un numéro. Et, si la personne que tu bipes appelle, après la causerie, tu paies le propriétaire du téléphone », explique un détenu. Dans ce cas, le propriétaire du téléphone perçoit la somme de 100Fcfa. Toute chose qui accroit les gains journaliers des propriétaires des « call box » et leur permet d’améliorer leurs conditions de détention. «Cela nous permet de nous offrir des repas copieux, de nous vêtir décemment », se réjouit Ibrahim.....

Yaoundé – Fébé-Village: Un colonel d’armée terrorise les populations

Pour cause, un différent foncier qui opposerait la famille de feu Edoa père à celle du colonel Etoundi. La querelle a été tranchée par les notables de Febe- village. Les deux parties, ont mis un terme aux désirs de revendication. Cependant, après le décès de M. Essomba, le père du colonel, Fabien Pascal Etoundi, a fait établir indélicatement un titre foncier. Mais, son cousin Edoa Etoundi Janvier, engagera la procédure de pré notation judiciaire sur le titre foncier ainsi qu’une série de recours gracieux et contentieux auprès de la chambre administrative de la cour suprême. Toute fois, ces recours et pré notation vont aboutir à l’annulation du titre foncier du colonel. Suite a ces abus dont ont été victimes les populations de Febe-village beaucoup d’entre eux ont déposé des plaintes au près du procureur de la République près du tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif du commandant de sécurité militaire et du ministre délégué à la présidence en charge de la défense.......

Tuesday, 25 September 2012

A Young Nigerian Boy Who Dropped Out Of University And Is Now A BILLIONAIRE



Wande
Wande Adalemo dropped out of the Olabisi Onabanjo University to actualise his dream of building an Internet service company, which is now worth N1bn. He tells DAYO OKETOLA how it all started and what other young Nigerian entrepreneurs can learn from his journey.
The Co-Founder and Chief Operating Officer, Oxygen Broadband Networks, Nigeria’s first metro WiFi network, Mr. Wande Adalemo, is a young man who aspired to be a university graduate and get a job. But an event in 1998 changed the course of his life and he decided to pursue his dream of building an Internet company.
Today, he sits atop a N1bn broadband network company, which has just rolled out a WiFi network at the popular Computer Village in Lagos.
He said his greatest challenge was funding, but the driving force had been the passion to ensure that all Nigerians have access to affordable Internet access through WiFi technology.
From the ground zero in 2005, dropping out of school along the line, Adalemo said he overcome the challenge and was able to attract investors, who believed in his dream and invested in the business.
Adalemo said the company started with a $2m investment and as at today, had invested N1bn with a network infrastructure already in place and duly licensed by the Nigerian Communications Commission.
“As we speak, we are currently at the Computer Village in Lagos, where we have our pilot network. In the last two months since we started, we have had over 20,000 connections sitting on our network,” he said
In view of this, he said the company had laid out an expansion plan, which would see it invest another N200m in rolling out services in six locations across Lagos State before the end of 2012.
“We are doing another N200m investment and we are going to six new locations by December 2012. We are partnering with malls on the Island, Surulere, and high traffic restaurants. We already have agreements with all of these people,” he said.
The expansion, Adalemo said, would see Oxygen Networks expand to 20 locations in March 2013, and 100 locations in Lagos by 2015; and then Abuja, Port Harcourt and Kano, thereafter.
“Of  the N200m needed to roll out services by December 2012, we have attained N75m equity investment to date, which means that we are really set to move to these new locations,” he said.
According to him, the company currently operates with 100 per cent private equity fund from the board of directors and “they are putting in more funds to see us expand.”
He said the company had already attracted institutional investors such as Google and Main One Cable Company, which were interested in investing in it and help boost broadband access in the country.
While the start-up appears to be on the right track, the Oxygen Broadband Network boss said the beginning was very rough.
In an interview with our correspondent on how it all started, he said, “I never saw a computer until 1998. I was with my cousin Femi Adalemo, who was the Chairman of the Nigerian Internet Exchange Committee at some points. So, I went to his office and he said he wanted to send a mail to someone in the United States. Five minutes after, the person in the US had responded to the mail and that surprised me.
“I couldn’t sleep that night, and in the morning, I went back to him and asked him to teach me how to develop something that will make Nigerians send and receive e-mails easily.  I told him I wanted to do something that would make it easier for every Nigerian to send email.
“He told me it was networking and that was how it started. So, as I grew in my knowledge of what the Internet access and broadband were, it became more of a passion. Getting the technology was one thing, putting it together was another, and getting funding took a while. Between 2005 and now, you can see it has been seven years, it has not been easy.”
On how he got the first investor, who later became a co-founder of the company, Adalemo, said, “We had spoken with a thousand of individuals to put their money in the business and the answer we kept getting was no. Eventually, we found someone and it was an interesting story. We met the first investor, who later became a co-founder of the company, in 2005. I didn’t have a penny that day and then a friend of mine called and said there was someone that ‘is interested in this crazy idea of yours, let’s go and see him.’
“I had to trek from Iponrin to Ajose Adeogun to meet him. He was the managing director of a bank then. Meanwhile, I had met several potential investors who had discouraged me but I did not give up. So, when I got there, he told me; ‘If you cannot convince me in two minutes, I cannot invest in this because an idea that cannot hit someone in two minutes is no good idea.’ Well, I think I was able to hit him in two minutes and the next question he asked was how do we move?
“The first thing we did was to go around the world to see where WiMax was failing because my own idea was that WiMax will not work but WiFi will. So how do we get WiFi to work? And from there, he got some of his friends involved in the business.”
Adalemo reiterated that the company would continue to expand because he believed WiFi technology would play a major role in boosting Internet access in Nigeria.
He said, “Because we believe that everybody should be on the Internet and we are restricted by regulations as to how to expand (we cannot cover wide area), we decided to take the Internet to where everybody is going?
“Oxygen believes that your Internet should be wherever you are going and instead of carrying your modem or dongle around, if you know that Oxygen is present at the place you are going to such as the cinema, restaurant, clubs and malls, among others; then, it becomes a better option for you.”
According to him, the second phase of the company’s expansion will be the ASPANDA Market at the Lagos International Trade Fair Complex, Alaba and Oke Arin markets.
“For or us at Oxygen, we are taking our WiFi network to a point where we have a hots pot in virtually every major street in Lagos. It begins to tell us where we need to start focusing our attention in Nigeria. It also begins to tell us where we need to start building broadband ecosystems. We need to start looking at solutions that will enable people to just plug and deliver broadband services to everybody,” Adalemo explained.
He disclosed that the company had sealed a partnership with the Nigeria Inter-Bank Settlement System Plc to provide its WiFi network for PoS connectivity at the Computer Village, adding that this was the driving force behind its planned extension into the Oke Arin Market.
“Due to our partnership with NIBSS, we are providing WiFi for the purpose of PoS terminals alone at Oke Arin Market. These are some of the plans that Google is excited about,” he said
Adalemo encouraged young Nigerian entrepreneurs not to be deterred by challenges surrounding them, while assuring them of success if they remained focused.
He said this was what made him drop out of school when he found out that academic works were disturbing his entrepreneurial drive.
“I will say that I am also a proud school dropout because at some point, I realised that pursuing academic excellence was interfering with my passion for this dream. May be Oxygen would have become a dream earlier but for exams in school,” he said
When our correspondent took him up on this, he said, “I am not saying it is good to drop out of school, but I am saying it is good to think outside the box. The emphasis on paper qualification in our society has not helped us. If school will limit you as an entrepreneur, get out; and if it will enhance you, stay with it.”
“I encourage people to go to school, but once you find that dream, that passion that you can pursue and it is a good idea, you will succeed. Once you are dedicated, you will get there. It is not about everyone leaving school, it is about understanding what will work for you.”

Usher Tameka and the Bridesmaids


In part one of Tameka Raymond's interview with Entertainment Tonight Tameka opens up about the circumstances surrounding Usher sleeping with one or two of the bridesmaids from their wedding...

Real Housewives of Atlanta Season 5 Preview



Season 5 of The Real Housewives of Atlanta premiers November 4 with two new wives...Former Miss USA Kenya Moore and Porsha Stewart are the newest additions to RHoA while Kim Zolicak's role appears to have diminished greatly. 

Chris and Karrueche Hang Out Sunday Night



Chris Brown and Rihanna may be following each other on Twitter again [yes that happened this weekend] but Chris and Karrueche are still going strong...

Last Friday rumors spread that Chris Brown and Karrueche Tran broke up because they chose not to party together on Friday night and plus they both sent cryptic Tweets that hinted at a break-upWelp, the couple that loves to break-up to make-up are back made up. Chris and Karrueche were spotted partying together last night in West Hollywood.

Somebody check on Rihanna.

PCC Pastors Urged To Obey Ordination Vows

Over 400 pastors from all over Cameroon met in a conference in Bamenda.
For the first time in 30 years, pastors of the Presbyterian Church in Cameroon, PCC, were in Bamenda recently to seek ways of winning more souls to Christ as well as take the church forward.
The PCC has, of recent, been plagued with so many negative scandals that warrant cleansing both from God and from the eyes of the people.
For three days, the pastors’ conference that held at the Presbyterian Church Ntamulung premises was a rare moment for the men and women of God to look at those issues that put cracks in the church and see how to amend them.
Accountability and transparency in the management of church affairs are some of the values that the synod of the PCC is striving to instill in its pastors.
The PCC is also faced with the challenges of modern Christianity where Christians go for miracles, wonders and instant healing.
The PCC is putting all it takes to keep Christians within the doctrine of the church while worshipping the Almighty God.
While opening the pastors’ conference, the Moderator of the PCC, The Rt. Rev. Dr. Festus Ambe Asana called on all the pastors to stick to their ordination vows. He called on them to stay by each other so as to clean the image of the PCC. He said due to hardship and voracity, some pastors had indulged in unorthodox practices to live better lives.
The Moderator stressed that it was high time to end such practices and announced that an accounting unit would soon go operational in the PCC. He equally cautioned the pastors not to allow anger to push them to sin and encouraged them to stay focused.
He was optimistic that pastors will use knowledge gathered to improve on the PCC.
Cameroon Tribune

Yaounde City Council Closes Illegal Car Wash Points

The exercise is currently taking place in the capital city.
Since the setting up of the Mfoundi Divisional committee for the fight against urban disorder on May 23 this year, members have not relented any effort in curbing disorder in the Division, particularly in the town of Yaounde.
While seriously confronting recalcitrant hawkers at the Mokolo Market in Yaounde, the committee is also on the neck of those operating illegal car wash points in the town.
Since the start of the week, boys who have been spearheading such business in the city of Yaounde are being chased by members of the committee for the fight against urban disorder.
In Yaounde, it is common to see cars being cleaned in front of ministerial buildings, along major roads found at the heart of the capital city or around a running stream or tap. Those involved in the business seem not to care about the positioning of the car or the running stream.
Individuals just need to park their cars around any ministerial building and by the time they know it, a young man has already cleaned it. Some people are usually surprised when they park their cars somewhere and on coming back, they are warmly greeted by a young man who tells them “I am the one who cleaned your car”.
This is how the guys ask remuneration for their job. Some of those involved in the business move around administrative buildings with a bucket, soap and a towel as a sign that they are ready to wash any car.
A source from the Yaounde Urban Council says the phenomenon of young boys transforming major roadways in the town into car wash points must stop for this does not only create disorder but other environmental problems such as the negative impact on the constant wetness of the tar in the areas where they operate.
It is also said that unnecessary traffic usually occurs in areas where there are such car wash points since there is disorder in the manner in which people park their cars as well as the uncontrolled manner in which the guys rush to look for on-coming clients.
Insecurity reigns in such areas as some people’s cars have been stolen by people who pass for car washers. The source from the Yaounde City Council says the operation entails the demolition of illegal car wash points around administrative buildings and pavements.
No matter how much the guys resist, it is said that the committee for the fight against urban disorder is determined to make sure that order reigns in this informal sector of business and the law applied.
Cameroon Tribune

Bandits, Conmen Take Over Township Taxis

Bandits, Conmen Take Over Township Taxis

Rising insecurity in taxis is driving away clients
Cases of assault and duping in taxis are on the increase in various towns in the country. Taxis are undoubtedly the main means of public transport in major cities and towns in Cameroon. Generally painted in yellow, taxis ferry city dwellers to and fro their various destinations at fares generally fixed at FCFA 200; but often varying according to the client’s means and the distance to be covered.
Today, rising insecurity in taxis is driving away clients, especially at late hours or on certain roads. It is now common to hear horrible testimonies of people assaulted by thieves or duped by con men in taxis. It is no longer shocking to hear a woman say she was raped by thieves in a taxi and abandoned in the middle of nowhere after her belongings were seized.
Matilda C, a Biyem-Assi resident in Yaounde, was luckier. After boarding a cab with four occupants at the Chapelle Obili neighbourhood one Friday night at 8:00 pm, she was literally taken hostage for the next thirty minutes. The occupants whom she later found out were armed bandits prowling the city, collected her hand set and emptied her purse of FCFA 25,000.
Disappointed at the fact that Matilda was seeing her monthly menstrual flow, they just drove around the city for 30 minutes before abandoning her on a road in the Mvolye neighbourhood.
Similar accounts say such cases now happen even during the day, with passengers finding it difficult to identify drivers as their badges are either turned round or just non-existent.
The precaution many take is to glance into every taxi before leaping in. “This is no guarantee for safety as women now feature among armed bandits in taxis.
A woman sits unsuspectingly until the client gets in and minutes later, the woman plays the gang leader,” says Charles F., a Yaounde resident who once received several blows in a taxi as he tried to resist thieves.
Security operatives in patrols and at checkpoints now ask passengers to show ID cards and also check car boots for weapons. Consequently, thieves are changing their tactics.
Some have adopted tricks to lure passengers with fabulous stories of sums of money awaiting collection somewhere. They play on the material and financial lust of their victims to deceitfully collect huge sums of money often using “prayers” or “abracadabra” incantations.
In this special focus, Cameroon Tribune analyses the phenomenon of rising insecurity in taxis in Cameroon’s towns and cities.
Cameroon Tribune

Monday, 24 September 2012

Chris and Karrueche Dunzo?


After being spotted partying in separate clubs at the same time on the same street Friday night, rumors spread that Chris Brown and Karrueche Tran were all but done, add to that a couple of cryptic Tweets and well...




Chris and Karruehe both Tweeted what looked like break up Tweets last night ,Rumors are running rampant that singer Chris Brown is a free man tonight. Brown, 23, partied like a single man at the Roxbury Club in West Hollywood.......

50 Cent's Baby Mama Joins Reality Show



50 Cent should be concerned because his baby mama Shaniqua Tompkins just joined the cast of a new reality show featuring the bitter exes of celebrities...

Insiders tell Huffington Post,
“This isn’t going to be some fake reality show. It’s going to reveal the truth about a lot of men we thought we knew.”
Lamar Odom's baby mama Liza Morales is also part of the cast.

The un-named reality will air on TLC.

Put it in a Love Song Video Mystery Solved

Put it in a Love Song Video Mystery Solved


Back in 2010 Alicia Keys and Beyonce recorded a duet called 'Put It In a Love Song' and headed down to Brazil to shoot a big flashy video.

Tons a pictures were leaked from the video set and fans waited anxiously for the release of the video but it never happened and nobody ever said why.

Finally Alicia Keys explains the mystery of the missing video...

ESSENCE.com: Fans have been dying to know what ever happen to the "Put It In a Love Song" video you shot with Beyoncé?
KEYS: Ohhh man! Y'all aren't going to leave me alone about that! Sometimes with creative things [it] all comes together and it's (makes perfection kissing noise) and sometimes things almost come together and it's better to just leave it. So we love that song. We had a ball shooting the video. It just so happens that the whole thing, for some reason or another, didn't quite come together so we just decided to leave it. And that's what happened
                   Hummmmmmm alicia seems to have become a pro at dodging questions.

Tameka's Turn to Talk



Usher Raymond sat down with Oprah to tell his side of the messy Raymond vs Raymond child custody battle with his ex-wife Tameka Raymond and now Tameka is going to have her say...

Tameka sits down for a three part interview with Entertainment Tonight starting Monday night and it's supposed to be no holds barred.

Tameka gives a tour of the home she shared with Usher, talks about the loss of her son Kile, and reveals information she believes could have swayed the child custody case in her favor had it come out in court.

Tameka is currently appealing the ruling that stripped her of primary custody of her two sons with Usher.

France: Christian, 14 ans et demi, élève surdoué, bientôt expulsé

Ce Camerounais très précoce est en première année de médecine à Paris.
Mais ses aptitudes hors du commun ne l’empêchent pas de risquer à tout moment d’être expulsé avec sa famille venue en France il y a dix ans.
Christian, chez ses parents © Radio France Mathilde Lemaire
Christian Etiti a cinq ans quand ses parents décident de quitter le Cameroun pour venir s’installer en France. Dès son arrivée, il se révèle surdoué et entre directement en CE2, à l’âge où l’on batifole encore en maternelle. En troisième au collège, il a dix ans.
Puis passe son bac avec trois ans d’avance “sans travailler” en juin dernier. Depuis, il s’est inscrit à la faculté de médecine de Paris-Diderot. Son rêve : devenir docteur… en France.
Pourtant, après 10 ans en règle sur le territoire français, son père, Jean, électricien, n’a plus de papiers et ne peut plus travailler, malgré une promesse d’emploi. Il remplit à la lettre tous les critères de régularisation promis par le candidat François Hollande.
Mais les lois en vigueur sont toujours celles du pouvoir précédent et les procédures gelées en préfecture. Le père de Christian, sous le coup d’une obligation à quitter le territoire français, peut donc être reconduit à la frontière à tout moment. Et sa famille avec lui.
Je n’ai aucun souvenir du Cameroun. Pour moi, c’est l’inconnu
Rentrer dans son pays natal, Christian ne veut pas y songer. “Je n’ai aucun souvenir du Cameroun, raconte cet étudiant d’1,75 m au visage d’enfant, qui vit à Conflans Saint-Honorine dans les Yvelines, avec son petit frère et ses parents. Si je devais repartir là-bas, ce serait partir pour l’inconnu.
C’est préoccupant de savoir que mon père peut être expulsé à tout moment et qu’on peut être obligé de tous repartir”. Une préoccupation qui l’empêche, confie-t-il, de se consacrer pleinement à ses études.
Des études financées cette année par le Réseau Education sans frontière qui a pris fait et cause pour le garçon et sa famille.
Son parrain à RESF, Denis, 70 ans, n’a pas pour habitude de se pencher sur les bulletins de notes de ses protégés, mais raconte avoir été soufflé par Christian dès leur première rencontre : “Pour son bac avec trois ans d’avance, il aurait dû avoir les félicitations du préfet plutôt que risquer de suivre son père dans une expulsion.
Ce serait lamentable qu’on retrouve ce genre de jeune au Canada par exemple”. Le maire socialiste de Conflans Saint-Honorine non plus n’entend pas voir partir son brillant administré de 14 ans et demi.
Il vient d’écrire au ministre de l’Intérieur Manuel Valls pour lui demander d’aider à la régularisation de la famille.
France Info

Une fillette de trois ans violée à Yaoundé

Il a manqué de peu, de passer de vie à trépas. Retrouvé dans un lit de fortune, dans un état d’ivresse assez profond, le jeune Tamba R. âgé de 32 ans, a reçu une sévère punition d’une foule en furie, indignée par l’odieux acte de viol, qu’il aurait commis, en soulageant ses instincts « suspects » sur une fillette de trois ans. Roué de coups de gourdins et de poings, il n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention énergique des sous-officiers de la gendarmerie qui buvaient dans un bistrot du coin. C’est fortement amoché qu’il a été interpellé et transporté dans une des cellules de sureté de la compagnie de gendarmerie d’Emombo Yaoundé III. A en croire des sources proches de la famille et selon les informations collectées à la compagnie de gendarmerie, l’incriminé aurait dans la journée de dimanche dernier, aux environs de 16 heures, au quartier dit « Essomba » (Mvog-Abang), attiré la petite « Mimi » avec un paquet de biscuit, dans la chambre de son complice dénommé Landry. Le présumé violeur, qui exerce une profession de carreleur, aurait commis son forfait en déchirant l’hymen de la fillette de trois ans qui a commencé au moment où, le pot aux rose est découvert, pissait des gouttes de sang. Les mêmes sources racontent que la mère de la fillette, alertée par la sœur aînée de la victime, a découvert le mis en cause, toujours dans son état d’ébriété, avec des taches de sang sur ses habits et dans les draps.
Les examens médicaux auraient confirmé le viol, la déchirure, sinon, la destruction de l’hymen. Dans les journées de lundi et dimanche, alors qu’il avait repris son « allure » normale, l’incriminé, sous l’interrogatoire des gendarmes, a tout naturellement nié les faits, arguant qu’il est victime d’une machination bien huilée. Et comme tout suspect, il revendique la présomption d’innocence. Toujours est-il que le capitaine Parfait Ayissi, commandant de la Compagnie de gendarmerie d’Emombo Yaoundé III, après avoir ouvert une enquête pour comprendre les dessous scandaleux de l’odieux crime a déferré le présumé malfrat au parquet du tribunal de première instance, puis placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Kodengui, par le procureur de la République. Selon nos sources, la vie de la petite « Mimi » qui a été carrelée avec la carreleuse du carreleur, n’est pas très en danger de mort.

Un nouveau jour se lève
Considérée comme l’un des sites les plus bruyants de l’arrondissement de Yaoundé III, la zone d’Emombo qui couvre plusieurs points chauds de la ville de Yaoundé, a également la réputation d’être un repaire des malfrats, les bandits de grand chemin, auteurs de nombreux forfaits souvent décriés dans la ville aux sept collines. Il y a même quelques années, la zone, par sa forte densité d’insécurité, était inaccessible aux esprits invertis. Depuis quelques mois, la compagnie de gendarmerie a connu un regain de souffle et la vie reprend avec l’arrivée des Adjudants chef Djatto Jean Pierre, Assam Bisso, le maréchal de logis chef Ateba et le maréchal de logis Mbomé (homme de main très efficace). Ce cordon de sécurité et de lutte contre le grand banditisme dans la zone, a été renforcée avec l’arrivée il y a à peine trois mois, d’un nouveau commandant de compagnie, le capitaine Parfait Ayissi. Sous sa houlette, avouent quelques habitants des quartiers Emombo, Mimboman, Kodengui, Anguissa, Essomba… des cas de vol aggravé, les viols, les évasions massives (la maison d’arrêt de Kodengui est située à un jet de pierre de la compagnie de gendarmerie), le trafic et la consommation abusive du chanvre indien, dont la récurrence était constaté et effective, commencent à être rares.
L’un des derniers butins en date de cette compagnie de gendarmerie, est la mise hors d’état de nuire, d’un gang de douze malfrats, crédité de la commercialisation et la consommation du chanvre indien, des braquages et hold-up. Une fois de plus, la patrouille pédestre, de grande envergure, conduite par le commandant de compagnie Parfait Ayissi et ses hommes, a neutralisé le gang dans la rocade qui lie les quartiers : Essomba et le 2ème carrefour Emombo. Les malfrats qui sont passés aux aveux, méditent eux aussi sur leur sort à la prison de Kondengui. On espère que la « purge » va se poursuivre, pour le grand bien des populations.

Le code d'accès de la Banque de France était 123456 !





Un internaute vient d'être relaxé par la justice après avoir été suspecté d'avoir piraté le système de cryptage de la Banque de France. Au cours de l'audience, il a été révélé que le code d'accès était... 123456


C'est l'histoire pas banale d'un internaute, qui passait ses journées au hasard du web, à chercher des numéros passerelles, à savoir des lignes directes permettant d'éviter les numéros surtaxés. En 2008, sans le savoir, après avoir passé un peu de temps sur des forums spécialisés, le marginal qui touchait le RSA et ne sortait plus de chez lui a composé grâce au logiciel Skype le numéro qui permet l'accès au système de la Banque de France, explique Les Echos.

Lorsque la boîte vocale lui a demandé de composer le code hautement confidentiel, l'utilisateur a simplement saisi les numéros 1, 2, 3, 4, 5 et 6... et a ainsi pu rentrer dans un des systèmes les plus confidentiels de France car ce cryptage des plus inattendus était le bon ! Le pauvre homme a donc réussi, par erreur, à bloquer pendant 48 heures le service de surendettement de la Banque de France. Il a finalement été relaxé par le tribunal de Rennes, a annoncé son avocate ce jeudi.

Les enquêteurs avaient dû attendre deux ans avant d'identifier l'homme, en 2010, malgré lui au cœur d'une enquête internationale. A noter que la faille ne concerne pas seulement la Banque de France. En effet, selon un article du Canard Enchaîné paru début septembre, certains ministères avaient laissé le mot de passe d'administration à sa valeur par défaut, soit "password" ("mot de passe")... Ces failles avaient été corrigées avant la publication de l'article

Saturday, 22 September 2012

WEEK-END FOOD WITH LABELLA KAMER 2

My Africa is beautiful ended...Today in week-end food I choice a Dish from South-west of Cameroon call  Ekwang  {Cocoa yams rolled in leaves and cooked with dry meat and dry fish and red oil.: it is such a delicacy, it takes time... soo tasty} . Cameroon is a country characterized by its over 200 tribes and its traditional food diversity. EKWANG is Oroko Clan traditional dishes ,Traditional dishes like the Ekwang is very important such that they serve as essential components of certain traditional occasions even outside the Oroko Clan. For example, in Born Houses (celebrating the birth of a new borne baby), death or JuJu initiation ceremonies, traditional dance ceremonies and marriages, many people will regard these ceremonies as successful if and only if these special dishes are present, accompanied with some beer or wine. ....the best things about living in my city is the ease of access to Cameroonian/African food. I mean, going to the grocery store, and picking up meat, yams, green(the vegetable)


Ready for action




INGREDIENTS:
-6-7 red or white cocoyams (not achu coco)
-6 Maggie cubes, salt
-1 bottle palm oil
-Dry fish, Meat,
-Cocoyams leaves
-1 onion
-1 Cup Njanga(crey fish)
-,ginger, pepper.
- PATIENCE (lol)                                         


PREPARATION:
Cut up meats and boil. Put 2 maggie cubes, pinch of salt, and half an Onion chopped. When ready keep aside.
Wash Cocoyams leaves and using hands, gently pull leaves from stem. Should be large enough to wrap coco mixture without splling at sides.
Peel coco yams and grater. Mix with 1 tsp salt.
grind ginger, pepper, 1/2 onion.
Oil bottom and sides of pot with a generous amount of palm oil.
Start wrapping grated cocoyams in Cocoyams leaves. Placement is very important, for this will make the everything stay together. So place wrapped coco in a tight alignment, and criss-cross to allow the easy circulation of water during cooking.
you can now put the pot on the fire with some of the water from the boiled meat and the boiled meat too.
After boiling for about 30mins while, add the smoked fish, salt and the ground ginger and onion, then the palm oil.
DO NOT STIR WITH SPOON. Lift both sides of pot with pot handlers, and gently shake. Keep heat on med-high and cook for about 30mins. Put maggi, crayfish and pepper according to tates, in a few minutes your ekwang is ready.
Yumi leker Ekwang 




WEEK-END FOOD WITH LABELLA KAMER

A food market   in Cameroon



Friday, 21 September 2012

Latest Discovery: Banana Can Prevent HIV Infection

Your favorite BANANE fruit might be even healthier than you realized. According to The Gazette (Montreal) newspaper, a new study has found that chemicals commonly found in bananas are as potent in preventing HIV as two synthetic anti-HIV drugs. Researchers say the findings could lead to a cheap new component for applied microbicides that prevent intimate transmission of HIV. The miracle substance in bananas is called BanLec, a type of lectin, which are the sugar-binding proteins found in a variety of plants. Scientists have long been interested in lectins because of their ability to halt the chain reaction that leads to certain viral infections. In the case of BanLec, it works by binding naturally to the sugar-rich envelope that encases the HIV virus, thus blocking its entry into the body. "The problem with some HIV drugs is that the virus can mutate and become resistant, but that's much harder to do in the presence of lectins," said lead author Michael D. Swanson. "Lectins can bind to the sugars found on different spots of the HIV-1 envelope, and presumably it will take multiple mutations for the virus to get around them." Swanson and his colleagues noted that even modest success in developing BanLec into a womanly or BehindBased microbicide could save millions of lives. In fact, 20 percent coverage with a microbicide that is only 60 percent effective against HIV may prevent up to 2.5 million HIV infections in three years. Furthermore, a BanLec ointment would be much cheaper to produce and distribute than most current anti-retroviral medications that require the production of synthetic components. One thing's for sure: new ways of stopping the transmission of HIV are desperately needed. Condoms are effective, but they are often used incorrectly or inconsistently, and in many cultures and developing countries women are not always in control of their intimate encounters. The introduction of a cheap, long-lasting, self-applied ointment derived naturally from bananas could change all of that.

What's Up With Bobbi Kristina?



Bobbi Kristina raises eyebrows with a super cryptic Tweet including a message to her mother...

Kanye Sex Tape on the Way



A sex tape featuring Kanye West and a Kim Kardashian look-a-like is currently being shopped...

From Radar Online
The tape is nearly 20 minutes long and appears to have been shot in a hotel room with an unidentified female who clearly states at the beginning of the video that she's 18 years old.
The woman also confesses to Kanye that she is married and claims, "My husband and I don't have sex anymore… that's why I'm here!"
With her bodacious curves, dusky skin and long black hair the woman is a definite dead ringer for Kim Kardashian.
RadarOnline.com has seen the tape in full and can verify without a doubt that it is Kanye in the footage and we have published a screen grab.
During the couple's steamy sex romp, they never kiss and don't interact any further than simply doing the deed, in various positions throughout and with Kanye wearing a condom.
Kanye is clearly aware the romp is being filmed because you can see that he's the one who set up the camera in the beginning and at the end he looks directly into it before switching it off.